Cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur l’utilisation des cookies et la modification de vos paramètres

Shipping

Photographie d’oiseaux

Pour tous ceux qui prennent des photos avec le cœur

Tara Tanaka est une ornithologue experte, mais également une passionnée de digiscopie très expérimentée ; elle trouve ses sujets en Floride, où elle vit, mais également ailleurs, à l’occasion de ses voyages. Elle a déjà reçu les prixes «Digiscoper of the Year 2011» et «Digiscoper of the Year 2012» pour ses photos, qui possèdent une qualité presque féérique et sont toujours source d’une grande émotion. Son amour de la vidéoscopie est relativement nouveau. Cette technique consiste à réaliser des films à l’aide d’équipements de digiscopie, et Tara a quelques conseils intéressants à partager.

© Tara Tanaka - Sandhill

Tara Tanaka vit en Floride ; elle est l’une des passionnées de digiscopie les plus remarquables de notre époque. Son style photographique personnel et émouvant lui a déjà valu de remporter d’innombrables prix. Elle utilise une longue-vue d’observation STX 30-70x95 équipée d’un adaptateur TLS APO de SWAROVSKI OPTIK pour réaliser ses vidéos.


Au printemps, j’ai eu la chance d’observer huit passerins indigo en même temps. Un de ces charmants jeunes garçons – les huit oiseaux étaient des mâles – s’est posé si près de ma limite d’ouverture que j’ai eu peur de ne plus pouvoir faire ma mise au point sur lui ! L’oiseau était exactement à la bonne distance – mais tellement près de moi que j’avais du mal à faire tenir tout son corps dans l’image.

À une autre occasion, j’ai pu observer un couple de grues du Canada qui hivernait dans les prairies autour de la ville. Sur ma photo, j’ai remarqué que la femelle ne dansait pas simplement pour son compagnon; elle exécutait un magnifique ballet.



Le secret d’une image parfaite : la pratique

C’est exactement ce genre de situation qui révèle à quel point la digiscopie demande de la pratique. Entraînez-vous souvent, et vous saurez utiliser correctement votre longue-vue d’observation dans toutes les situations ; vous saurez la régler rapidement et surtout, vous saurez modifier les réglages à votre convenance, sans même regarder votre appareil photo. Acquérir ces compétences peut faire toute la différence entre une photo réussie et une opportunité manquée.



La mise au point manuelle facilite la transition

J’adore ces instants passés dans la prairie. J’apprécie aussi énormément le fait de pouvoir voyager pour découvrir d’autres espèces d’oiseaux. Au cours de mes derniers voyages, j’ai utilisé la longue-vue d’observation STX 30-70x95 de SWAROVSKI OPTIK et un appareil photo numérique Panasonic GH3. Depuis peu, j’utilise également ces équipements pour réaliser de nombreuses vidéos.

Si vous maîtrisez déjà le réglage manuel de la mise au point, vous pourrez évoluer dans la douceur vers la vidéoscopie. Dans tous les cas, j’avais l’habitude de suivre des oiseaux avec ma longue-vue d’observation, tout en maintenant la mise au point sur eux; j’utilise aujourd’hui ces compétences pour réaliser des films.

  • © Tara Tanaka - Trogon
  • © Tara Tanaka - Reddish Egret
  • © Tara Tanaka - Carolina Chickadee
  • © Tara Tanaka - Summer Tanager

Apprendre à improviser

J’ai réalisé une de mes vidéos préférées près de la réserve St. Mark’s National Wildlife Refuge; alors que je guettais l’arrivée d’une aigrette neigeuse, j’ai été surprise de découvrir une bécassine en quête de nourriture. En détournant brièvement le regard de mon appareil, je me suis aperçue qu’un pluvier kildir s’était posé encore plus près. J’ai pivoté vers lui, tourné la bague de mise au point vers la droite et, après avoir cadré l’oiseau dans mon viseur, j’ai effectué quelques derniers réglages précis.

Le pluvier kildir et son reflet remplissaient l’image. Maintenir la mise au point sur l’oiseau, réaliser un enregistrement qui fasse apparaître à la fois l’oiseau et son reflet dans l’image ET suivre chacun de ses mouvements – voilà toutes les informations que mon cerveau devait traiter dans cette situation. En levant une nouvelle fois les yeux, j’ai aperçu un grand chevalier, assez loin. J’ai effectué ma mise au point sur lui le plus rapidement possible, j’ai suivi son déplacement, puis j’ai à nouveau essayé de capturer l’oiseau et son reflet dans le viseur de mon appareil.



Conseils pour la vidéoscopie

Mes expériences avec la vidéoscopie m’ont appris deux choses.

Premièrement, si vous regardez dans le viseur, vous serez rapidement gêné par la « vision en tunnel ». Pensez à relever la tête; vous verrez les choses sous un angle plus spectaculaire que si vous regardez simplement à travers le viseur.

Deuxièmement, si vous voulez capturer l’image d’un oiseau qui se déplace rapidement, veillez à ne pas trop resserrer le cadrage de votre image. Ainsi, s’il se déplace soudainement, vous aurez le temps de réaliser de nouvelles photos avant qu’il ne s’échappe de l’image.